top of page
sovet.jpg

Variété soviétique

Grands tubes de la scène soviétique
(années 30-70), adaptés et chantés en français

Adaptation française

Chanson originale (en russe)

LA GUITARE M'APPELLE

Paroles françaises : © Marina Lushchenko

Chant : Matthieu Carmelah

La guitare m’appelle

Je la prends dans mes bras

Et en frôle les cordes

Du bout des doigts

Aussitôt elle résonne

D’un son voluptueux

Faisant battre plus vite

Les cœurs amoureux

 

Refrain

Tout le jour, toute la nuit

Le matin et le soir

Parle-moi, je t’en prie

Chante, ma fidèle guitare

 

La guitare m’invite

Dans le monde lyrique

Et, vibrant de tendresse,

Se fait romantique

Elle apporte à mon âme

La joie et le bonheur

Et sa voix caressante

Me va droit au cœur

 

Refrain

 

La guitare m’appelle

Je la prends dans mes bras

Et en frôle les cordes

Du bout des doigts

Il y en a, des guitares,

Tellement inspirées

Que même les grands orchestres

Se taisent, envoûtés

 

Refrain

Adaptation française

Chanson originale (en russe)

LE CHAT NOIR

Paroles françaises : © Marina Lushchenko

Chant : Matthieu Carmelah

Il était une fois un chat noir

Les gens ne voulaient pas trop le voir

Mais on n’va tout d’même pas vous parler

Des ennuis d’un chat noir du quartier

 

Refrain

On regarde avec méfiance

Les chats noirs, connus pour nous porter malchance

Mais il y a un contresens :

Ce sont les chats noirs qui n’ont jamais de chance

 

Chaque jour tout le monde s’en prend

Au chat noir avec acharnement

Mais on n’va tout d’même pas vous parler

De la chasse au chat noir du quartier

 

Refrain

 

Et même avec sa petite amie

Le chat noir ne sortait que la nuit

Mais on n’va tout d’même pas vous parler

Des amours félines dans le quartier

 

Refrain

 

Le minou, de la queue jusqu’au nez,

Était plus noir que l’obscurité

Voici donc la morale de l’histoire :

Ne gâchons pas la vie des chats noirs !

 

Refrain

Adaptation française

Chanson originale (en russe)

NOTRE AMITIÉ

Paroles françaises : © Marina Lushchenko

Chant : Matthieu Carmelah

Quand, d’un regard complice et tendre,

Tu me caresses, mon cher ami

Je sens comme si, en plein décembre,

Le doux printemps avait soudain fleuri

Souvent, on est loin l’un de l’autre

Mais près du cœur, non sans raison :

Notre amitié est bien plus forte

Que la distance, l’amour et la passion

 

On se comprend, même en silence

On se connaît de bout en bout

Nos souvenirs et nos confidences

C’est un trésor qui n’appartient qu’à nous

En temps de joie, en temps d’épreuve

Tu peux toujours compter sur moi

Reviens très vite, qu’il neige ou pleuve

Sans toi, le monde perd tout son éclat

Adaptation française

Chanson originale (en russe)

L'AMOUR M'EMPORTE

Paroles françaises : © Marina Lushchenko

Chant : Marine Parodi

L’amour a trop longtemps dormi en moi

Ce mot n’avait pour moi rien d’extraordinaire

L’amour couvait au fond de mon cœur, et voilà

Il a illuminé ma vie de sa lumière

 

Ce n’est pas moi qui chante, c’est l’amour !

L’écho de sa chanson résonne dans mon âme

L’amour est né comme les premiers rayons du jour

Il est mon seul bonheur, il est ma seule flamme

 

Tel le soleil, ce feu ne s’éteindra jamais

Et je crois voir le paradis m’ouvrir ses portes

Quoi que je fasse et où que j’aille, désormais

Je pense à toi, je vis pour toi, je t’aime

L’amour m’emporte…

Adaptation française

Chanson originale (en russe)

SES YEUX QUI ME REGARDENT

Paroles françaises : © Marina Lushchenko

Chant : Matthieu Carmelah

Ses yeux qui me regardent

Quel tourbillon de feu !

Ses yeux qui me regardent

C’est du vin capiteux

Ses yeux qui me regardent

Se font toujours plus chauds

Ses yeux qui me regardent

M’enlèvent tout repos !

 

Refrain

J’tombe dans une rêverie

Sentimentale, mais tant pis

Ils ne me laissent pas le choix

Ses yeux là, devant moi

Ne nous quittons jamais

Ne nous quittons jamais

Ne nous quittons plus des yeux !

Je ne demande pas

Je ne demande pas

Je ne demande pas mieux !

 

Ses yeux qui me regardent

J’y plonge avec délice

Ses yeux qui me regardent

Sont mes fidèles complices

Ses yeux qui me regardent

Tendres comme du velours

Ses yeux qui me regardent

Me rendent fou, tout court

Que me prépare l’avenir ?

Ça m’est égal, à vrai dire

Je ne connais qu’une loi :

Ses yeux là, devant moi

 

Refrain

Adaptation française

Chanson originale (en russe)

LES PLAINES SIBÉRIENNES

Paroles françaises : © Marina Lushchenko

Chant : Matthieu Carmelah

Dans les plaines sibériennes
Viens, mon amour, avec moi
Tu découvriras des choses
Que tu n’imagines même pas
Hâtons-nous au bout du monde,

Malgré le froid sans merci
Et parmi les neiges blanches

Perdons-nous dans l’infini

Refrain
Nous irons, tôt le matin,

Faire un tour de traîneau à renne
Tout droit dans l’aube neigeuse

Nous plongerons au grand galop
C’est dommage qu’on redoute
Le Grand Nord, ces peurs sont vaines

Tu verras, il est superbe
Moi, je te l’offre en cadeau

Dans les plaines sibériennes
Je t’emmènerai toute seule
De l’aurore boréale
Je couvrirai tes épaules
Tes cils brilleront d’étoiles
Sous le givre étincelant
Et nous chercherons ensemble
Les diamants, l’or et l’argent

Refrain

Dans les plaines sibériennes

Tu aimeras le sortilège
Et l’attrait irrésistible
Des vastes étendues de neige
Les blizzards, ce n’est pas grave
Ce n’est rien, six mois de nuit
Si tu tombes sous le charme
Du Grand Nord, c’est pour la vie

Refrain

Adaptation française

Chanson originale (en russe)

LES VAGUES ET LE SABLE

Paroles françaises : © Marina Lushchenko

Chant : Matthieu Carmelah

La mer bleue et chaude scintille

Avec moi, la plus belle des filles

Et l’on a un soleil rien que pour nous

Toi et moi, c’est l’amour fou

 

Au-dessus, un ciel haut et limpide

Rayé de mouettes rapides

Et nous sommes et serons inséparables

Comme les vagues et le sable

 

Encore et encore, les bateaux s’en vont

En route vers de lointains horizons

Mais moi, cette fois, je n’les suivrai pas

Le bonheur, j’l’ai trouvé avec toi

 

Au murmure des vagues câlines

Nous caresse une brise marine

Et rien n’est plus doux que le goût salé

De ta peau sous mes baisers

 

Quand, au clair de lune, la mer s’endort

Tes lèvres font battre mon cœur plus fort

Nos âmes se touchent et nos corps se mêlent

Toute la nuit on est au septième ciel

 

Tu es à mes côtés, mon cher ange

Notre amour est une mer sans rivage

On a une vie entière devant nous

Toi et moi, c’est pour toujours

Adaptation française

Chanson originale (en russe)

LA FIDÉLITÉ DU CYGNE

Paroles françaises : © Marina Lushchenko

Chant : Matthieu Carmelah

Un jour de soleil deux cygnes volaient
Gracieux et frêles
Ils étaient si bien ensemble là
Haut dans le ciel
Et la terre avait l’air bienveillant
Et puis et puis
Puis on a tiré sur les oiseaux
Un cri a jailli

 
Dis, qu’est-ce qui t’arrive, ma bien-aimée ?
Reviens-moi, reviens
De toi orphelin,
Le printemps se plaint
Où serais-tu donc, ma bien-aimée ?
Entends mon appel
Avec ta beauté réchauffe
Ton ami fidèle

 
Obstiné, il appelait toujours
Mais d’heure en heure
Le silence ne devenait que plus
Lourd de malheur
Loin de sa compagne, le cygne souffrait
À en mourir
Désormais il était seul, tout seul
Sans rien, sans avenir

 
Pardonne-moi, pardonne, je n’ai pas su
Te sauver, ma belle
D’une mort pareille
D’une mort cruelle
Pardonne-moi, chérie
Le crime d’un autre
Mon amour pour toi n’a pas
Protégé la joie de t’avoir avec moi

 
Plus jamais il ne la reverra,
Sa tendre amie
Le malheur était irréparable
Il l’a compris
Vers les nuages est remonté le cygne
À l’âme intrépide
Et soudain, les ailes pliées, il est
Tombé dans le vide

 
Je veux que les cygnes restent en vie
Et que leurs vols blancs
Rendent le cœur des gens
Un peu moins méchant
Cygnes blancs, volez en paix là-haut
Dans le ciel d’azur
Montrez-nous le droit chemin vers
Une vie d’amour

Adaptation française

Chanson originale (en russe)

KATUCHA

Paroles françaises : © Marina Lushchenko

Chant : Matthieu Carmelah

Le brouillard montait de la rivière

Pommiers et poiriers étaient en fleurs

Sous une douce brise printanière

Katucha marchait d’un pas rêveur

 

La voilà qui, d’un aigle des steppes,

Se met à chanter, le cœur ardent,

De celui dont elle garde les lettres

Et à qui elle pense à chaque instant

 

Va, chanson, va vers celui qu’elle aime

Jusqu’à l’horizon et au-delà

Au guerrier sur la frontière lointaine

Passe le bonjour de Katucha

 

Qu’il revoie la fille sur la berge

Quand elle vient chanter au point du jour

La Patrie chérie, qu’il la protège

Katucha, elle protégera l’amour

Le brouillard montait de la rivière

Pommiers et poiriers étaient en fleurs

Sous une douce brise printanière

Katucha marchait d’un pas rêveur

Adaptation française

Chanson originale (en russe)

LA REINE DE BEAUTÉ

Paroles françaises : © Marina Lushchenko

Chant : Matthieu Carmelah

L’été s’promène dans la ville
Le soleil tape sur les toits
Devant un kiosque il y a une fille
Et je sens mon cœur qui bat

Les magazines en devanture
Attirent ton regard charmé
Tu as vu en couverture
La nouvelle reine de beauté

Toi-même comme un rayon d’lumière
Tu es loin de te douter
Que c’est toi, la plus belle sur terre
Que rien ne peut t’égaler

Et, sans même que j’le réalise,
Tu es entrée dans mes pensées
Tu m’as mis sous ton emprise
Toi, ma reine de beauté

Je t’aime à jamais et pour toujours
Je sais que c’est toi, mon grand amour

Les belles, j’en ai vu des dizaines
En affiche et à l’écran
Mais, à mes yeux, la fille que j’aime
Les vaut toutes, assurément

Je rêve de te voir me sourire
De passer ma vie à t’aimer
C’est à toi seule que j’veux dire :
Sois ma reine de beauté !

Je t’aime à jamais et pour toujours
Je sais que c’est toi, mon grand amour

L’été s’promène dans la ville
Le soleil tape sur les toits
Devant un kiosque il y a une fille
Et je sens mon cœur qui bat

Je rêve de te voir me sourire
De passer ma vie à t’aimer
C’est à toi seule que j’veux dire :
Sois ma reine de beauté !

Adaptation française

Chanson originale (en russe)

L'ÉCHO DE L'AMOUR

Paroles françaises : © Marina Lushchenko

Chant : Alla Terekhova

La nuit se constelle de mille poussières d’or
Vers l’éternel s’ouvre la porte
L’amour nous appelle toujours et encore
Nous sommes, nous sommes
L’espoir infini l’un de l’autre
Nous sommes, nous sommes
L’espoir infini l’un de l’autre

Et où que je sois, triste de ton absence,
Mon âme vole à ta rencontre
Nos cœurs s’uniront à travers les distances
Nous sommes, nous sommes
L’écho silencieux l’un de l’autre
Nous sommes, nous sommes
L’écho silencieux l’un de l’autre

Et même à la fin du chemin meurtrier
Parmi les ténèbres qui montent
Je sais que rien ne pourra nous séparer
Nous sommes, nous sommes
Le doux souvenir l’un de l’autre
Nous sommes, nous sommes
Le doux souvenir l’un de l’autre

 

bottom of page